Réconcilation nationale

Webreportages

L'Université de la Paix 2010, organisée l'été dernier à Caen par l'Institut International des Droits de l'Homme et consacrée au thème de la réconciliation nationale, était animée par des professeurs du monde entier pour des étudiants venus également de tous les continents. Reportages.


Bilan de l'Université d'été 2010 sur le thème de "La Réconciliation nationale" par le Professeur Jean-François Akandji-Kombe, Doyen de la Faculté de Droit de l'Université de Caen, Secrétaire Général de l'Institut International des Droits de l'Homme et de la Paix 2idhp.eu
Merci aux organisateurs de cette université de la Paix, à Sébastien Botreau-Bonneterre, directeur de l'Institut et à Marie-Pierre Pagnon, chargée de mission.

Version 1 mn

Comment se réconcilier après une guerre civile ? Chercheurs, professeurs et étudiants ont essayé de répondre à cette douloureuse question lors de l'Université de la Paix 2010 organisée à Caen par l'Institut International des Droits de l'Homme.

Cliquez sur suivant en bas à droite pour voir d'autres vidéos sur le même sujet.


L’Université de la Paix 2010, qui avait pour thème la réconciliation nationale, s’est achevée le 27 août dernier. Pendant une semaine, Macédoniens, Russes, Colombiens, Burkinabés, Mauritaniens, Biélorusses, Palestiniens, Serbes, Turques et Français ont réfléchi ensemble sur les moyens et les finalités d’une véritable paix dans les pays dévastés par la violence.
Jeunes (23 ans de moyenne d’âge), ces étudiants en philosophie, langue, économie, journalisme, sciences politiques, droit, sont l’illustration de la diversité du monde actuel et de sa complexité. Des experts reconnus ont permis aux participants d’exercer leurs esprits critiques lors des débats.


En savoir + avec 2idhp
Version longue 2idhp...

Jean-Christophe Buchot


Nouveau commentaire :
Twitter


Petite philosophie professionnelle

«Mon dessein n'est de penser ni bien ni mal, mais simplement de recueillir fidèlement ce qui me vient d'après le tour d'imagination que me donnent les choses que je vois ou que j'entends.»
Marivaux - Le Spectateur Français (1721)