Le Spectateur

Conscience de soi, empathie, il suffit parfois d'un geste...

Le MagLab

Quelques grandes notions qu'il est toujours bon d'avoir en tête. Aujourd'hui l'intelligence émotionnelle...


En 1995, le journaliste-psychologue Daniel Goleman a popularisé le concept d’Intelligence émotionnelle en définissant quatre grandes sphères spécifiques :

La conscience de soi qui permet de comprendre ses émotions, de reconnaître leur influence et de les utiliser pour prendre de meilleures décisions. (« Connais-toi, toi-même… »).

La gestion de soi qui permet de maîtriser ses émotions pour mieux s’adapter à l’évolution de la situation. (Self-control).

L’intelligence interpersonnelle qui permet de mieux détecter et comprendre les émotions d’autrui et de savoir comment y réagir (Empathie).

Enfin, la gestion des relations qui permet d’exercer une meilleure influence sur les autres tout en favorisant leur développement et en désamorçant les conflits (Assertivité, CNV).

Selon Goleman, ces compétences émotionnelles ne sont pas des talents innés mais des capacités acquises que l’on doit chercher à développer et perfectionner.
Elles forgent au bout du compte ce qu’on appelle communément le caractère d’une personne qui se perçoit, à tort ou à raison (souvent à raison) au premier regard... Les hommes, comme les animaux, ont un mode de communication non verbale qui repose sur l'expression corporelle. Le répertoire des gestes se renouvelle en permanence selon les relations entre les personnes, les contextes. Le "geste sculpte la pensée", comme l'écrit joliment le physiologiste Alain Berthoz, il exprime, au-delà des mots, l'intention, l'émotion, ce qui nous permet d'anticiper, de répondre avec pertinence, comme une évidence, ou pas... 

Jean-Christophe Buchot



Petite philosophie professionnelle

«Mon dessein n'est de penser ni bien ni mal, mais simplement de recueillir fidèlement ce qui me vient d'après le tour d'imagination que me donnent les choses que je vois ou que j'entends.»
Marivaux - Le Spectateur Français (1721)